19 mai 2014

Mat

C'est de nouveau l'heure d'une petite histoire. Vous êtes contents, les enfants ?
[silence]
Eh ben tant pis pour vous.

----------------------------------------------

Les deux joueurs se faisaient face autour de l'échiquier, assis sur un banc public à la peinture écaillée. Le temps s'était couvert, mais il faisait encore assez doux pour justifier une partie en plein air. Le parc était désert, à l'exception d'une mère et de ses deux enfants, et de l'occasionnel passage d'un balayeur ou d'un gardien de la paix. Un petit vent froid se levait par moments.

L'un des deux joueurs prit un pion noir et un blanc dans ses deux mains, les mélangea dans son dos, puis présenta ses deux poings fermés à son adversaire. Celui-ci sélectionna sans hésiter la main droite, et ne sourit ni ne montra la moindre surprise lorsque l'autre dévoila un pion blanc.
"Bon. A toi l'honneur." déclara l'autre joueur en lui tendant le pion.

Le joueur aux pièces blanches ouvrit avec le pion D2 en D4 en réprimant un frisonnement. Ses doigts tapotaient sur le bord de l'échiquier, traduisant une certaine impatience. Son collègue répliqua en sortant son cavalier G8 en H6. Il frissonna et desserra sa cravate rouge qui offrait un contraste étrange avec son costume beige. Puis il fixa son adversaire, la mine maussade.
"Ca ne t'arrive jamais de te souvenir ? demanda-t-il après un moment.
L'autre resta silencieux une courte seconde, puis avança le pion E2 en E4.
- De quoi ?" dit-il sans lever les yeux du jeu.

L'homme en costume le considéra en soupirant. Il s'attarda sur la mise décontractée de son collègue : un vieux blue jean décoloré, des baskets dont l'une des semelles commençait à bailler et un T-shirt noir portant l'image d'un drapeau tibétain barré de la mention "Banned in China" en rouge. Son visage, vide de tout expression, oscillait doucement sur le même tempo que le rythme battu par ses doigts. Ses cheveux, longs et noirs, lui retombaient par occasions sur le front.
"Tu sais bien, répondit l'homme en costume en bougeant son autre cavalier noir. D'avant.
- Non, répliqua l'autre avec un léger sourire, et c'est franchement tant mieux."

Tandis que l'homme en T-shirt avançait à son tour une pièce (un cavalier auquel il fit sauter les rangs de ses propres pions blancs), son collègue posa une main sur son menton, masquant la moitié de son collier de barbe roux taillé avec minutie. Il avança sa main libre au-dessus d'un de ses cavaliers et dit :
"Moi, ça m'arrive tout le temps.
- Essaye les médocs, déclara l'autre, caustique.
- J'ai des regrets, répliqua l'homme en costume beige avec un soupçon de reproche dans le ton. C'est humain, non ?
- Justement, dit son adversaire avec légèreté. Laisse ça aux humains."

La partie avançait plus rapidement, désormais. Un vent frais commençait à se lever. Plus loin, la mère appela ses deux enfants et leur fit signe de revenir vers elle. Ceux-ci ne parurent pas en tenir compte et coururent jouer plus loin en riant. L'homme en T-shirt sortit une barre chocolatée d'une de ses poches tout en considérant son fou d'un air absent.
"Je sais que le concept d'humanité t'est totalement étranger, mais... commença l'homme aux cheveux roux.
- Tout autant qu'il t'est étranger, coupa son collègue, devenu soudain sérieux. Tout autant que le concept de "félinité" doit être étranger à un chien, ajouta-t-il avec un sourire en coin.
L'homme en beige ouvrit la bouche mais aucun son n'en sortit. Il observa un court moment de silence, puis reprit :
- Dans le fond, tout ce que j'ai fait, c'est fuir comme un rat tandis que le bateau sombrait.
- Tu n'as pas fui, tu n'es pas un rat, et le bateau n'a jamais sombré, répondit calmement son adversaire en ramenant ses longs cheveux noirs derrière ses oreilles.
- C'est toi qui le dis ! répliqua l'homme en costume en croisant les bras.
- Exact, c'est moi qui le dis. Et mon point de vue est nécessairement biaisé. Tout comme le tien, en fait.
L'autre poussa un soupir exaspéré. L'homme au t-shirt abandonna un instant la partie de le regarda droit dans les yeux.
- Écoute, dit-il, on va pas recommencer à débattre là-dessus. Tu as pris la seule décision rationnelle. Là-haut, tu ne faisais jamais que des conneries. Tu avais trois solutions : jouer les autocrates omnipotents, et dans ce cas l'humanité deviendrait entièrement dépendante de toi, continuer à glandouiller, et rester dans la situation absurde où tu t'es fourré depuis va savoir combien de temps, ou... lâcher l'éponge.
Il conclut sa sentence en éliminant un fou noir avec sa tour blanche.
- Tu as une façon de présenter les choses sous un jour tellement simpliste !... lança l'homme en costume.
- C'est bon, trancha son interlocuteur, tu sais comme moi que le nombre de saloperies que t'as faites, volontairement ou non, se chiffre en centaines, tandis que le nombre de trucs à peu près sympa que t'as faits dans le même temps se compte sur les doigts d'un amputé. Pas pour rien que j'ai frappé du poing sur la table.
- J'ai fait des erreurs ! Et alors ? Au moins, moi, j'ai essayé !
- Essayé quoi, tête de lard ? répliqua l'homme en t-shirt noir en retournant à ses pièces. T'avais deux modes : dogmatisme ou indifférence. Parfois les deux en même temps. Ajoute à ça le fait qu'il a fallu attendre que le nombre de tes victimes atteigne royalement la dizaine de millions pour que tu commences à te remettre en question, et ça te fait un beau palmarès."

La réplique fit mouche. Le barbu se prit le front à deux mains, les coudes appuyés sur les cuisses. Après une longue hésitation, l'homme aux cheveux bruns se pencha vers lui et reprit sur un ton d'excuse :
"Damien...  "
Le barbu en costume beige sursauta, se rappelant qu'il s'agissait désormais de son nom. C'était une idée de son collègue, d'ailleurs. Une référence humoristique à un obscur film, parait-il. Son collègue avait lui préféré se faire appeller "Lucas", nom qu'il avait apparemment choisi au hasard.
"Damien, répéta l'autre. Excuse-moi. Je te considère pas comme quelqu'un de mauvais. Le fait même que tu aies fini par changer d'avis et accepter la réalité, ça prouve au moins que tu as bon fond. Et que tu n'es pas aussi buté que ton ex-fan-club.
- Eux ! répondit Damien en reniflant d'un air maussade. Plus royalistes que le roi, hein ?
- Ouais, dit Lucas en pouffant. Je crois qu'on peut dire ça."

Une petite pluie fine commença à tomber. Lucas poussa un juron en regardant le ciel. Damien sortit rapidement un parapluie d'une petite serviette qu'il cachait sous le banc.
"Bon, on oublie la partie, dit Lucas. On va se faire une toile ?
- Je n'ai pas vraiment le moral à ça...
- Allez... Oh, attends, j'ai une meilleure idée. Je vais t'offrir un bouquin.
Damien réfléchit un instant, puis se força à sourire.
- D'accord. Tu veux que je note les emplacements de nos pièces pour la prochaine partie ?
- Pas la peine, t'étais "mat" en trois coups, répondit Lucas en retrouvant son habituel ton léger, avant de courir se mettre à l'abri tandis que la pluie redoublait."

Damien déploya son parapluie tout en regardant avec stupéfaction l'échiquier. Mat ? Son compagnon était-il sérieux ou plaisantait-il encore ? Pourtant, son roi pouvait encore... Non, à moins que la tour blanche... Mais là encore, son fou...
"Oh ! cria Lucas. Tu viens ?"

Quelques instants plus tard, abrités au sec dans une librairie, les deux compères déambulaient dans les rayons, s'arrêtant parfois pour attraper un ouvrage et en parcourir rapidement la quatrième de couverture.
"Bon, d'accord, fit soudain Damien. Comment est-ce que j'étais "mat" ?
- Hein ? marmonna Lucas en relevant le nez d'une bande dessinée. Ah ! Confidentiel, ajouta-t-il avec un sourire en coin.
- Je ne savais pas que tu étais aussi doué à ce jeu. En fait, je croyais que tu n'y jouais que pour me faire plaisir.
- C'est le cas, confirma Lucas. Enfin, j'y joue aussi parce que... eh bien, j'apprécie l'ironie de la chose.
- Quelle ironie ? Demanda Damien, interloqué.
- Bah, tu sais, les noirs contre les blancs, le bien contre le mal, tout ça... Et surtout, les rois.
- Quoi, les rois ?
- Penses-y comme ça. En gros, ils sont les pièces les plus importantes, ils n'ont rien au-dessus d'eux... Et pourtant, ils sont extrêmement limités dans leurs mouvements, et ne servent globalement à rien durant la partie. Ça te rappelle rien ? Et pour pousser la métaphore plus loin, j'ajoute qu'on sacrifie un paquet de pièces pour les protéger.
- Je crois que j'ai compris l'idée... répondit Damien, la mine sombre.
- Et ce qui m'amuse le plus c'est que malgré ça, ils sont tout aussi manipulés que les autres. Alors qu'ils sont censés être au-dessus de tout.
Damien s'arrêta, son visage figé dans une expression d'étonnement.
- Est-ce que tu sous-entendrais par là qu'il y a quelque chose au-dessus de nous ?
- Tu penses que non ? se contenta de répondre Lucas.
- Je sais que non, corrigea Damien.
- Tu es bien catégorique.
- Évidemment que je suis catégorique ! rétorqua Damien avec impatience. Je suis quand même bien placé pour le savoir !
- Peut-être, mais si la... chose au-dessus de toi t'avais créé de façon à ce que tu croies cela ? Hum ? Si ça se trouve, il y a plein de créations parallèles, avec pour chacune un "toi" et un "moi" parallèle...
- Et qui serait au-dessus de tout ça, alors ?
- Un dieu, j'imagine, et sûrement que lui aussi aurait un autre dieu au-dessus de lui, et cætera, et cætera...
Le ton de Lucas était tout aussi insouciant, mais Damien croyait percevoir dans sa voix une nette touche d'amusement.
- C'est ce que tu crois ? demanda Damien.
- Peu importe. Pour en revenir à ce dont on parlait, tu as deux choix face à tes regrets, comme tu les appelles. Soit tu continues de t'enferrer dans un débat dont tu sais aussi bien que moi qu'il ne débouchera jamais sur rien puisque tu ne pourras jamais savoir que tu as raison ou non, soit, eh ben... Tu profites de ce que tu as, quoi.
Damien soupira et haussa les épaules.
- Il va me falloir du temps pour d'adopter ta philosophie..." murmura-t-il.

Lucas ne l'entendit pas. Son attention avait été reportée sur un CD de musique dont il s'empara avant que Damien n'ait pu en lire le titre. Lucas se dirigea ensuite vers la caisse, en faisant signe à son camarade de l'attendre. Quelques minutes plus tard, tenant à la main un paquet cadeau bleu entouré de fil rouge, il le tendit à Damien.
"Bon anniversaire. C'est pas un livre, mais ça te plaira quand même."
Sans attendre de remerciements, Lucas se dirigea vers la sortie de la boutique.

Dévoré de curiosité, Damien déchira le papier-cadeau. Une couverture noire apparut. Le titre s'en détachait en lettres blanches :

Joan Osborn – What if God was One of Us

 Damien ne put retenir un sourire.

1 commentaire:

  1. Un homme en quête du sens de la vie parcourut toute la planète à la recherche du sage de la montagne, il y perdit sa fortune, fut abandonné par ses porteurs, faillit mourir mille fois de mille manières.
    Enfin il se trouva devant le vieux sage et lui demanda le sens de la vie
    -« non tu ne le mérites pas » fut la réponse du vieux.
    A force d’insistance, de menaces, de cajoleries, l’homme parvint à obtenir la réponse suivante
    -« Le seul but de la vie est d’apprendre à aimer le monde »
    -« quoi c’est tout !!!» hurla l’homme furieux.
    -« Tu vois que tu ne le méritais pas ».

    RépondreSupprimer

L'auteur de ce blog se réserve le droit de supprimer sans la moindre pitié les commentaires insultants et/ou offensants, le spam, les trolls, les messages trop mal écrits ainsi que les adorateurs d'Alain Delon.
Le second degré est -de toute évidence- accepté, mais pas autant que les cartes VISA.